La photo de la semaine

Je vous propose ici de retrouver plus ou moins régulièrement une photo d'actualité au gré des événements qui rythment la vie quotidienne de l'archipel.

Vous pouvez également consulter les archives :
123456789101112131415161718192021222324252627282930313233343536373839404142434445464748495051525354555657585960616263646566676869707172737475767778798081828384858687888990919293949596979899100101102103104105106107108109110111112113114115116117118119120121122123124125126127128129130131132133134135136137138139140141142143144145146147148149150151152153154155156157158159160161162163164165166167168169170171172173174

 

Vendredi 25 mai 2007

 

Pour les amateurs d'observation d'oiseaux, le mois de mai est truffé de rencontres, toutes plus magiques les unes que les autres. L'arrivée des oiseaux migrateurs, qu'ils viennent ici pour se reproduire ou juste pour une halte migratoire, quelquefois bien loin de leur trajet habituel, est d'année en année, toujours source d'émerveillement.
De haut en bas vous pouvez admirer une hirondelle bicolore, commune et nicheuse sur l'archipel, une splendide paruline à gorge orangée, visiteur très occasionnel sur nos îles, une aigrette bleue, un peu perdue bien loin de son site de nidification et un ibis falcinelle, lui aussi égaré et observé de façon très exceptionnelle à Saint-Pierre et Miquelon.




Savez-vous quel est le point commun entre ces quatre oiseaux, pourtant bien différents ? C'est qu'ils ont tous été observés et photographiés ces jours derniers dans la vallée du Milieu, cette incroyable zone humide qui s'étend entre l'étang Boulot et l'anse à Ravenel. Ces quatre oiseaux ne sont qu'un minuscule aperçu de l'incroyable richesse écologique de cet endroit. Si vous fréquentez les lieux, vous vous êtes sans doute rendu compte que, particulièrement entre l'étang Boulot et l'étang du Milieu, cette vallée se transforme de façon exponentielle en nouvelle zone industrielle. Cet état de fait a déjà été dénoncé ici ou et même développé dans cet article paru dans l'Echo des Caps. Bientôt les agences de tourisme feront la promotion de nos îles en vantant la qualité de ses zones industrielles anarchiques que l'on ne retrouve nulle part au monde. Y'aura t-il un jour des politiques qui, faisant fi d'un certain électorat potentiel, auront le courage de prendre les décisions qui s'imposent pour sauver les maigres hectares dignes d'intérêt de cet archipel ?