La photo de la semaine

Je vous propose ici de retrouver plus ou moins régulièrement une photo d'actualité au gré des événements qui rythment la vie quotidienne de l'archipel.

Vous pouvez également consulter les archives :
123456789101112131415161718192021222324252627282930313233343536373839404142434445464748495051525354555657585960616263646566676869707172737475767778798081828384858687888990919293949596979899100101102103104105106107108109110111112113114115116117118119120121122123124125126127128129130131132133134135136137138139140141142143144145146147148149150151152153154155156157158159160161162163164165166167168169170171172173174

 

Samedi 21 octobre 2006


Agrandir la photo ( 2223 X 318 pixels )

La modification du statut de l'archipel avec particulièrement le transfert de l'urbanisme aux communes permettra-t-elle la sauvegarde d'une des zones les plus menacées de Saint-Pierre par l'activité humaine ? Je veux parler ici de la "vallée du Milieu" qui s'étend de l'étang Boulot à l'anse à Ravenel et constitue une des plus grandes richesses écologiques de l'île de Saint-Pierre et de l'archipel. Les zones humides ont été particulièrement réduites ces dernières années sur Saint-Pierre par une urbanisation galopante dans tout le Sud de l'île. Cette vallée est un lieu très prisé par les oiseaux, qu'ils soient nicheurs ou migrateurs, et ces jours-ci, bihoreau gris, aigrette neigeuse, talève violacée et héron vert (pour ne citer que les oiseaux les moins communs parmi tous ceux observés à cet endroit) ont fait escale dans cette vallée.

Si vous avez téléchargé Google Earth et que vous avez observé l'archipel vu par les satellites, vous vous serez rendu compte que les zones naturelles disparaissent un peu plus chaque jour, particulièrement sur l'île de Saint-Pierre et sa partie sud. Ces satellites qui circulent au-dessus de nos têtes en permanence nous permettront-ils de prendre conscience de la nécessité d'agir au plus vite afin de préserver ce qui peut encore l'être ? La qualité des photos nous permet d'explorer l'archipel d'une façon incroyablement précise (Mesdames qui bronzez sur vos terrasses, pensez-y l'été prochain !) Juste pour donner un exemple de cette précision dans les détails, cette tache bleue observée sur la photo n'est pas la piscine d'un richissime commerçant mais bien l'accumulation de bidons d'huile de vidange stockés là sans aucune protection. Ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres mais les dégradations faites à l'environnement sont incroyablement visibles sur ces clichés. Si vous en avez assez des mots croisés ou des sudokus, je vous propose un nouveau jeu: revisitez la Route des Tas avec Google Earth et constatez par vous-même.

Je vous invite également à relire cet article paru il y a quelques mois dans l'Echo des Caps. On a entendu plusieurs fois, avant ou après son élection, le Président du Conseil Général parler d'environnement et, entre autres, de cette vallée du Milieu et des zones humides. Il reste à espérer que les paroles soient suivies d'actes afin de réhabiliter cette zone si importante, écologiquement parlant. A l'heure ou l'on entend parler de tourisme vert par les nombreux missionnaires (presqu'autant que de touristes) venant régulièrement sur l'archipel, il est plus que temps de préserver ce qui peut encore l'être. En espérant qu'il ne soit pas déjà trop tard pour la vallée du milieu coincée entre les zones industrielles. Et l'étang du Milieu, qu'il se tourne au Nord ou au Sud, ne reflètera bientôt plus que tas de terre ou de gravats, engins mécaniques et autres dégradations à cet environnement naturel devenant chaque jour un peu plus rare.