La Route des Tas

Que faire à Saint-Pierre et Miquelon pour valoriser le potentiel touristique offert à nos visiteurs ? Pourquoi pas une route thématique ? Nombre de régions de par le monde ont adopté cette formule avec succès. L'Alsace, par exemple, a sa route des vins et, plus près de nous, la Nouvelle-Ecosse a sa route des phares. Et à Saint-Pierre … rien !
Je vous propose donc d'offrir à nos visiteurs un parcours balisé de jolis panneaux, ornés d'un bulldozer ou d'une pelle mécanique, les invitant à visiter " la Route des Tas ", ces irrésistibles monticules de terre ou de gravats divers qui fleurissent ça et là le long des routes de Saint-Pierre.
A l'heure de la mise en place du CRT, je me suis mis à rêver que ces initiales nous annonçaient un Comité pour la Répression des Tas !
Si la carrière (monstrueuse cicatrice dont l'emplacement à l'époque a du être choisi pour que tout le monde puisse en profiter visuellement en permanence) est évidemment indispensable pour faire tourner les entreprises du BTP, comment expliquer que, sur une île aussi petite que la nôtre, tout n'a pas été fait pour concentrer au maximum ces activités sur un même lieu. Saint-Pierre se transforme lentement, mais de façon inexorable, en un gigantesque monstre hideux déployant ses tentacules industriels aux quatre coins de ville. Au passage, je tire mon chapeau aux professionnels, chauffeurs de bus ou de taxis, qui tout au long de la saison touristique, emmènent les visiteurs faire le tour de l'île et sont bien obligés de composer avec toutes ces verrues faisant partie intégrante du paysage (et si en plus, y'a de la brume !)
A noter que toutes ces photos ont été prises en mai et juin 2005 et reflètent la situation de début d'été. A l'heure ou les touristes potentiels sont de plus en plus nombreux à se promener sur les pages de ce site, il m'apparaît important de leur montrer ce qui les attend réellement lors de leur prochaine visite dans nos îles.
Bientôt des élections sur l'archipel et je me prends une nouvelle fois à rêver de voir élu un homme (ou une femme) politique qui prendra enfin ces problèmes d'environnement au sérieux et qui, s'occupant du problème évoqué dans ces lignes, à l'instar d'un de ses illustres prédécesseurs, s'écriera: " Les tas, c'est moi ! "